Les chutes d’Iguazu, côté brésilien

Hier soir le repas n’était qu’à moitié réussi : entrée au saumon immangeable, trop salée avec  un goût d’anchois et pas de saumon, une pana cotta en dessert totalement insipide ; heureusement le steak était excellent. Pour une fois les boissons étaient comprises, mais le vin rouge qui nous a été servi était de qualité inférieure à celui que nous avons consommé jusqu’à présent.

Par contre, le spectacle de tango qui nous a été présenté à l’issue du dîner, valait le détour. J’en ai filmé la majeure partie.

Courte nuit. Nous quittons notre hôtel de BA de bonne heure en direction de l’aéroport international pour notre vol vers Iguazu. Comme d’habitude, on est à l’aéroport plus de 2h avant le vol, ils ont tellement peur qu’on le loupe qu’ils prennent des marges de sécurité gigantesques ! On aurait aimé rester un peu plus longtemps à dormir !

Le vol dure 1h40 et je pique du nez dès le décollage. J’ai encore un hublot ce matin et ai bien l’intention de prendre des photos en arrivant sur Iguazu.

Comme à chaque vol intérieur avec Aerolineas Argentinas, on nous sert une boîte avec biscuits salés et sucrés ainsi qu’un verre de boisson chaude et/ou froide. On commence à en avoir un peu ras le bol de manger toujours les mêmes biscuits en guise de petit déjeuner ! Les plus courageux se sont levés encore plus tôt que moi pour prendre un petit déj à l’hôtel, mais perso j’ai préféré dormir jusqu’à 5h du matin !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il pleut sur Iguazu lorsque nous atterrissons et donc les photos ne sont pas extra. La vue depuis mon hublot ne montre pas grand-chose ; c’était peut être mieux de l’autre côté de l’avion !
Une fois récupérés nos bagages, nous faisons la connaissance de notre guide pour ces deux jours. Il est brésilien et s’appelle Roberto. Il nous emmène de suite côté brésilien à Foz do Iguazu et la première chose qu’il nous propose en cette fin de matinée est le survol des chutes, ce dont  je rêvais depuis longtemps. Au début je suis la seule à lever le doigt pour m’inscrire, mais finalement nous sommes 9 à faire le survol, 7 dans un grand hélico, les 2 restant dans un plus petit qui contient 4 passagers. Je suis à l’avant, à côté de la pilote.

Le vol dure 10 mn et coûte l’équivalent de 90 euros que l’on peut payer en monnaies diverses (brésilienne, argentine, en dollars, en euros ou bien sûr par carte bleue).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ma première impression au survol des chutes est mitigée. Je garde un souvenir ébloui des grandioses chutes Victoria au Zimbabwe et là je reste sur ma faim, les chutes depuis l’espace aérien brésilien me semblent beaucoup moins grandes qu’à Victoria alors que c’est en réalité  le contraire ! Peut-être la perspective depuis l’Argentine est-elle meilleure, mais le survol en hélicoptère n’y est pas possible. C’est aussi une période où les eaux sont basses. Février est une excellente période pour aller en Patagonie, pas la meilleure par contre pour visiter Iguazu.

Après notre survol , je visite une petite boutique de souvenirs attenante et y trouve  un joli t-shirt à ramener en souvenir.

Nous nous arrêtons dans un immense restaurant pas très loin pour le déjeuner. C’est vraiment l’usine à touristes, formule buffet, mais personnellement je n’ai pas trouvé leur cuisine excellente. La viande notamment (bœuf, agneau) était décevante et la moins bonne de celles que j’ai mangées en Argentine.

L’après-midi est consacré à la visite à pied des chutes côté brésilien. Nous prenons d’abord un bus à impériale qui nous emmène dans le parc national d’Iguazu avant de démarrer notre parcours à pied. On descend des plateformes au milieu de la verte, en croisant des petits coatis, des papillons, des iguanes. On approche les chutes de très près et sans trop se mouiller, juste un petit coup de spray. Le temps s’est grandement amélioré cet après-midi et nous avons une bonne chaleur  et du soleil. Mon genou est un peu raide mais comme je suis sous anti-inflammatoires depuis hier au soir, il n’est pas douloureux. Je marche juste un peu plus doucement que tout le monde et la descente ou la montée des escaliers est plus lente et précautionneuse. J’ai pris pas mal de photos tout au long de notre descente.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour la remontée, c’est cool, on emprunte un ascenseur ! Re bus à impériale pour sortir du parc, nous récupérons notre minibus et quittons le Brésil pour notre hôtel côté argentin.

Nous sommes logés dans des bungalows dans la verdure mais la mauvaise nouvelle c’est que bien que nos valises soient allées directement ce matin de l’aéroport à l’hôtel, elles sont restées à nous attendre dans le restaurant et il nous faut les traîner ce qui me paraît des kilomètres jusqu’à nos logements nous-mêmes sur un revêtement à base de pierre qui rend la chose malaisée et fatigante !

Ce soir, coucher  de bonne heure, je suis vannée !

Publicités

A propos fenotte2003

Passionnée par les voyages (en France et très loin), la photo, la vidéo, le cinéma britannique, les romans policiers ...
Cet article, publié dans Argentine, Voyages, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les chutes d’Iguazu, côté brésilien

  1. Chrissand dit :

    Quelle honte ces repas! Ils peuvent pas te servir de la gastronomie argentine? Maté, Dulce de leche, viande,….
    J’espère que tu auras l’occasion de gouter tout cela 😉

    • fenotte2003 dit :

      Oui nous avons goûté le dulce de leche et avons dégusté plusieurs fois de la viande excellente. Nous avons fait particulièrement honneur aux vins argentins. Il n’y a que le maté que nous n’avons pas eu l’occasion de goûter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s