Circuit Madagascar – Jour 5

Jour 5

Nous sommes debout à 4h30 du matin, pas d’électricité au réveil ni d‘eau, le courant a été coupé durant la nuit.  Petite toilette de chat avant de partir un quart d’heure plus tard à pied le long du lac jusqu’à l’océan indien pour assister au départ des pirogues des pêcheurs.  Ici la mer est agitée et il est déconseillé de s’y baigner. Les pêcheurs doivent donc franchir les grosses vagues qui se brisent en poussant leurs pirogues, puis en pagayant à toute vitesse, ils vont ensuite poser leurs filets au large. C’est impressionnant de les voir passer les vagues !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le temps est un peu couvert mais heureusement pas de pluie. Nous assistons au lever du soleil au dessus de la mer dans les nuages.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Retour à notre hôtel à 6h, il nous faut attendre une heure avant de pouvoir prendre notre petit déjeuner, puis tout le monde embarque dans le minibus direction un village situé à une douzaine de kms mais qu’il nous faudra 45mn pour atteindre par une piste par endroit pleine d’ornières remplies de l’eau de pluie de la veille.

A Maintinandry, l’AMB (Association Amitié Madagascar Bretagne) a notamment installé des puits et construit un bâtiment pour l’école communale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes accueillis par M. le Maire et une partie de son équipe. Après quelques explications dans la case de la mairie, il nous emmène visiter l’école où nous pouvons accéder à deux classes, discuter avec les enseignantes et approcher les jeunes élèves. Les enfants sont très nombreux, en général à trois par pupitre au lieu de deux et il y a même des élèves assis sur des bancs qui n’ont pas de table et doivent se pencher pour écrire sur le banc devant eux, pas très bon pour leur dos !

 

Nous terminons par un tour à la maternelle où la maîtresse enseigne déjà le français avec des dessins de différents animaux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La commune de Maintinandry comprend environ 1500 habitants.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le maire et trois de ses  adjoints nous convient ensuite à une promenade en pirogue dans le delta de la Sakanila en leur compagnie. Nous nous partageons donc entre trois pirogues et descendons les canaux jusqu’à atteindre l’Océan Indien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le temps s’est bien arrangé, le beau temps est revenu. Peu d’animaux le long des rives ou sur l’eau, on voit des narcisses d’eau et des lotus en fleurs. En bordure, il y a aussi des plantes aux larges feuilles appelées oreilles d’éléphant. Dans la région, on voit aussi beaucoup d’arbres du voyageur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La pirogue nous dépose au bord de l’océan et nous marchons jusqu’à l’embouchure, là où l’eau douce rencontre l’eau salée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Des jeunes femmes y pêchent d’une curieuse façon : elles utilisent les moustiquaires qui leur ont été données en guise de filets de pêche !!! Le problème c’est qu’avec ce maillage si fin, elles capturent aussi les tout petits poissons !

 

Retour en pirogue, M. le maire nous fait faire le tour de son village. Il y a de beaux arbres à litchis mais les fruits sont encore verts, ils seront à maturité au début du  mois de décembre. Nous rentrons dans certaines cases pour découvrir leur agencement. Les cuisines sont toujours installées dans une petite case séparée, à côté de la grande case où les gens vivent et dorment. Elles ont plus d’ouvertures pour laisser la fumée s’échapper car cela fume beaucoup lorsqu’on cuisine au charbon de bois et cela noircit vite alentour.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A midi, nous quittons nos hôtes et rentrons déjeuner à l’hôtel. L’après-midi est libre. Sieste pour tout le monde car nous nous sommes levés tôt et avons mal dormi à cause de l’orage de la nuit dernière (la partie salle de bain a un toit en tôle ondulée et le bruit de la pluie y est plutôt fort lorsqu’il pleut averse).

Nous nous retrouvons tous les 8 en milieu d’après-midi et partons à pied au village pour acheter des fournitures scolaires car nous allons encore visiter deux écoles dans les jours à venir. J’ai acheté des crayons à papier et un lot de 5 ballons pour les récréations. Ici le problème est que les commerçants n’ont jamais de monnaie sur les grosses coupures et qu’il faut toujours avoir l’appoint. Enfin quand je dis « grosses coupures », tout est très relatif, le plus gros billets de 10.000 MGA vaut environ 3,10 € ! Quand on change 100€ à l’aéroport, on se retrouve avec un sacré tas de billets ! Il me restait quelques petits billets pour les crayons à papier, et pour acheter les ballons, j’en ai pris 5 pour faire un compte rond, c’était 2.000 MGA le ballon, soit environ 62 centimes !

Ce soir, nous avons eu à nouveau droit à une coupure de courant à 18h, elle a duré 20 minutes.

La pluie est arrivée à l’heure du repas, mais de façon plutôt modérée.

Une surprise nous attendait pour le dîner : en guise de plat principal, nous avons eu une belle assiettée de crabes, tout le monde s’est régalé, et en dessert, un yaourt  au lait entier qui était excellent. Cette nuit-là, pas d’orage, j’ai dormi comme un bébé !

Publicités

A propos fenotte2003

Passionnée par les voyages (en France et très loin), la photo, la vidéo, le cinéma britannique, les romans policiers ...
Cet article, publié dans Madagascar, Voyages, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s